Hors Champ

mai-juin 2020

Symposium

Créer/Montrer/Conserver


janvier / fevrier 2016 5 février 2016

Créer/Montrer/Conserver : ce titre veut rendre compte du cinéma expérimental dans tous ses états. Pendant trois jours, du 5 au 7 novembre 2015, la Cinémathèque québécoise a accueilli des cinéastes, des programmateurs et des conservateurs venus échanger à propos d’une pratique appelée par définition à s’interroger sur son propos et ses fondements.

JPEG

Le cinéma expérimental et plus largement l’expérimentation au cinéma se reconnait d’ailleurs au regard de la communauté qu’elle constitue et au public en redéfinition constante qu’elle peut rejoindre. Les enjeux techniques actuels ayant trait à la conservation du cinéma expérimental et plus largement de la transformation des lieux de diffusion et des conditions de production y ont été aussi interrogés. Il s’agissait de mettre des mots sur un art en mouvement constant pour lequel un discours bien articulé constitue déjà une première défense.

JPEG

Chaque journée était constituée de deux panels thématiques, avec une période de discussion conséquente entre les participants et le public. Les différents axes thématiques étaient les suivants :

1ère journée : Enseigner/montrer ; Expérimentations et archives

2e journée : À propos du geste créateur ; Fictions/contre-fictions

3e journée : Numérisation, politique et performance ; Ruines et sentiments

La Cinémathèque québécoise présentait en même temps plusieurs films des cinéastes invités, une rétrospective consacrée à Solomon Nagler, ainsi que des performances sonores d’ Alexandre St-Onge et de Roger Tellier-Craig.

JPEG


Hors champ a voulu témoigner de ces trois journées exceptionnellement fécondes en demandant aux différents participants de nous fournir les textes qu’ils avaient lus (quand ils en avaient), les notes qu’ils avait rédigées, de consigner des réflexions sur leurs propres démarches, dans l’après-coup de leurs présentations[Ce fut le cas des deux performances musicales d’Alexandre Saint-Onge et Roger Tellier-Craig), de nous envoyer un article qui s’inscrivait dans les enjeux du symposium en tant que programmateur-conservateur-organisateur (Jurij Medem, Guillaume Lafleur, Phil Hoffman), en tant que artiste-cinéaste (Olivier Godin, Michael Yaroshevsky, Benjamin Taylor, Emilie Serri, Mihaella Grill, Solomon Nagler, Alexandre Larose) professeur et chercheur universitaire ((Kelly Egan, André Habib, Papagenna Robbins), etc. Nous avons reçu une riche moisson de textes qui, tout en n’incluant pas tous les participants à ces deux journées, nous a semblé suffisamment représentative des présentations et des débats que s’y sont déroulés. Nous publions donc le premier volet de ces textes, auxquels s’ajouteront d’autres textes au cours du prochain mois. Nous publions également un texte d’un collaborateur, Eric Thouvenel, dont le propos rejoignait sur bien des points des enjeux du Symposium.

Nous tenons à remercier Guillaume Lafleur et la Cinémathèque québécoise pour l’organisation des journées et pour leur confiance qu’ils nous ont accordé dans la publication de ces "actes".

Bonne lecture !

JPEG

Le symposium a été rendu possible grâce à la collaboration de la Cinémathèque québécoise, du Conseil des arts du Canada, du collectif Double négatif, Visions et Hors champ.

Recherche

Effectuez une recherche parmi les 800 articles publiés par la revue Hors champ depuis 1998.

Mots-clés

Mots-clés liés a cet article:

Autres groupes de mots-clés

A lire également

  • Contagion

    L’ESTHÉTIQUE DU DÉTOURNEMENT ET DE L’APESANTEUR

    On le sait, il y a trop d’images. Mais l’on s’entend généralement assez mal lorsque vient le moment — plutôt rare |— de se risquer à une définition de ce que seraient ces images en trop, par exemple en cherchant à déterminer si elles participent ou non à ce spectacle généralisé qu’annonçait Guy Debord il y a déjà plus de quarante ans....

  • LE CINÉMA DES ÉCRIVAINS DES ANNÉES 20

    En France, durant les années 20, la défense du cinéma comme art est un véritable combat qu’il importe de mener. Le cycle de films « Le cinéma des écrivains des années 20 » présentés à la Cinémathèque québécoise du 8 avril au 10 juin prochain, propose de rappeler au spectateur d’aujourd’hui ces films muets d’hier, souvent responsables d’une conversion au cinéma et constitutifs des balbutiements d’une cinéphilie peu connue.

  • Harun Farocki (1944-2014)

    IMAGES D’UN SURSIS

    Analyse du film Aufschub (2007) du cinéaste Harun Farocki.

ISSN 1712-9567
copyright 2020

Zoom Out   OffScreen       Conseil des arts du Canada   Conseil des arts de Montréal