Hors Champ

septembre-octobre 2020

Articles de cette rubrique

  • Le pouce, mes yeux fermés

    mars / avril 2019 24 avril 2019, par Doriane Biot
  • Journal de bord réalisé dans le prolongement de l’école d’été en recherche-création avec Pierre Hébert, été 2018, Université de Montréal.

  • PRISE DE CONTACT

    mars / avril 2019 24 avril 2019, par Ouennassa Khiari
  • Carnet rédigé dans la foulée d’une école d’été qui s’est déroulée à l’été 2018, à l’Université de Montréal, avec le cinéaste Pierre Hébert.

  • ANIMATION MÉTABOLIQUE

    mars / avril 2019 24 avril 2019, par Pierre Hébert
  • Notes sur « Mais un oiseau ne chantait pas » rédigée en route vers le Festival international du film de Rotterdam où le film était présenté.

  • Les essais d’Agnès – Varda

    mars / avril 2019 24 avril 2019, par Robert Lévesque
  • Suite à la disparition d’Agnès Varda, notre ami Robert Lévesque nous a proposé de publier l’hommage qu’il rendait à la cinéaste dans son essai Décadrages, paru en 2018 dans la collection Papiers collés des éditions du Boréal. Nous remercions l’éditeur de (...)

  • Sauve (qui peut) le réel

    mars / avril 2019 23 avril 2019, par Carlos Solano
  • Le texte ici proposé est tiré de l’expérience de l’atelier de recherche-création tenu l’été dernier à l’Université de Montréal sous l’aile d’André Habib et Pierre Hébert.

  • Une image d’archives, c’est une image des archives

    21 avril 2019, par Rémy Besson
  • la fin de l’été 2018, André Habib m’a parlé de sa volonté de réunir quelques textes pour Hors Champ autour du rapport des chercheurs aux archives en me disant qu’il y avait, pour moi, une actualité à proposer quelque chose au sujet de Shoah (1985). (...)

  • HISTOIRES DE COUTEAUX

    18 avril 2019, par Olivier Godin
  • — Pour débuter, vous réaliserez un petit film d’action inoffensif, lui dira Kyusaku Hori, président de la Nikkatsu. Je vous propose donc La victoire est à nous. Le scénario n’est pas génial, mais il n’est pas mauvais non plus. Il est néanmoins (...)

  • DÉVELOPPER, CUISINER, RÉSISTER

    mars / avril 2019 15 avril 2019, par Eric Thouvenel
  • Version complète de l’introduction au texte de Hollis Frampton, "Processing Parameters" (1976) paru pour la première fois en français dans la revue 1895, au printemps 2019.

  • ÉCLATS POUR JONAS

    janvier / février 2019 28 février 2019, par André Habib
  • Octobre 2001, FNC. Le nom de Jonas Mekas m’était un peu familier, mais je n’avais pas eu l’occasion de voir ses films (leur distribution était quand même très lacunaire à l’époque et je n’avais commencé à m’intéresser au cinéma expérimental que depuis (...)

  • Walden - Une autobiographie morcellée

    janvier / février 2019 27 février 2019, par Jérôme Breteche
  • Une rencontre furtive à Dieppe J’ai eu la chance durant mes études secondaires de pouvoir suivre des cours de cinéma. Je passais tout mon temps libre dans le cinéma d’art et essai de la petite ville normande où je vivais. Je ressentais un besoin de (...)

0 | ... | 10 | 20 | 30 | 40 | 50 | 60 | 70 | 80 | 90 | ... | 270

Recherche

Effectuez une recherche parmi les 800 articles publiés par la revue Hors champ depuis 1998.

Mots-clés

Autres groupes de mots-clés

A lire également

  • Lieux et monuments

    La statue de Robert E. Lee à Charlottesville de Pierre Hébert

    J’écoute en boucle Alabama, en méditant tranquillement ce matin sur les images et les sons de La statue de Robert E. Lee à Charlottesville, 9e volet du cycle des Lieux et monuments de Pierre Hébert. Alabama, le chef-d’œuvre de John Coltrane a été composé et enregistré deux mois après les attentats racistes commis dans une église baptiste de Birmingham, le 16 septembre 1963, qui avaient enlevé la vie à quatre jeunes filles noires, une sorte de point de bascule (parmi d’autres) dans la longue lutte pour la reconnaissance des droits civiques des afro-américains.

  • Politique du droit d’auteur dans le cinéma documentaire : fiction ou réalité ?

    À QUI APPARTIENNENT LES IMAGES ?

  • Regard caméra

    J’étais réticente devant ces Histoire(s) du cinéma qui, bien honnêtement, me semblaient n’offrir qu’une insurmontable ascension ou, plus tétanisante encore, une mer sombre aux mouvements indiscernables, qui au mieux, terrifie, au pire, paralyse. Devant ce flot insaisissable, ce trop plein d’informations d’une hétérogénéité essoufflante, j’étais médusée.

copyright 2008

Conseil des arts du Canada OffScreen