Hors Champ

septembre-octobre 2020

S’emparer du fantastique pour mieux coller au réel

El mar la mar (J.P. Sniadecki et Joshua Bonnetta, 2017)

par Charlotte Selb
septembre / octobre 2020 11 octobre 2020

Ce texte est présenté dans le cadre de la série CRITIQUES, organisée et présentée par VISIONS, en collaboration avec Hors champ [1].

PNG

Dans son poème « El mar la mar », paru en 1925 dans le recueil Marinero en tierra, l’écrivain andalou Rafael Alberti évoque l’exil loin de la mer de son enfance. Jouant avec les deux formes masculines et féminines du mot « mer » en espagnol, il pleure son déracinement et la perte du paysage familier. En reprenant cette formule dans le titre de leur première collaboration derrière la caméra, l’Américain J. P. Sniadecki et le Canadien Joshua Bonnetta comparent un tout autre paysage, l’étendue désertique située à la frontière entre les États-Unis et le Mexique, avec la mer : un rapprochement qui, outre les jeux de mirages créés par la chaleur, peut sembler incongru. Pourtant, la référence à la mer au sud de l’Espagne établit un parallèle entre le désert du Sonora et la Méditerranée, deux espaces d’exil et de flux migratoires qui engloutissent les vies des clandestins tentant la traversée. Depuis le début du 21e siècle, ces deux frontières naturelles ont acquis une dimension politique fortement chargée, devenues de véritables couloirs de la mort dans un contexte de migrations sud-nord.

La métaphore de la mer avait également été utilisée par l’écrivain chilien Roberto Bolaño, hanté par le désert du Sonora vers la fin de sa vie. Dans son chef-d’œuvre posthume 2666 (2004), il consacre de nombreuses pages aux assassinats de femmes mexicaines à Ciudad Juárez, dont certains corps furent retrouvés dans le désert, et décrit le Sonora comme un paysage apocalyptique et surnaturel :

Vivre dans ce désert, […] c’est comme vivre en pleine mer. La frontière entre le Sonora et l’Arizona est un ensemble d’îles fantomatiques ou enchantées. Les villes et les villages sont des navires. Le désert est une mer sans fin. C’est un endroit idéal pour les poissons, surtout pour les poissons qui vivent dans les fosses les plus profondes, pas pour les hommes


Le désert est un espace inhospitalier où l’être humain qui s’y risque trouve la mort ; c’est un lieu hanté par les milliers d’hommes et de femmes qui y ont disparu.

PNG

Sorti un an après l’élection de Trump, le documentaire expérimental de Sniadecki et Bonnetta débute sur un traveling le long du fameux « mur » érigé à certains endroits entre les États-Unis et le Mexique : une haute clôture à peine visible à travers ces images mouvantes en super 16, et d’autant plus dérisoire que le désert lui-même sert depuis des années la politique migratoire américaine. Plus efficace que n’importe quelle muraille, la prévention par la dissuasion des États-Unis utilise le potentiel mortel de l’immense étendue aride pour décourager les migrants — ou plutôt, les encourager à traverser dans les zones dangereuses aux conditions environnementales extrêmes — et se déresponsabiliser ainsi des milliers de morts causées par la traversée clandestine du Sonora. Dans son livre The Land of Open Graves (2015), ouvrage de référence pour les deux cinéastes-ethnologues, l’anthropologue Jason de León dénonce les conséquences humaines dramatiques de ces politiques migratoires fédérales. Son approche, qui mêle entrevues avec les survivants et explorations archéologiques des traces des disparus, n’est certainement pas étrangère à la démarche des réalisateurs.

Sniadecki et Bonnetta combinent en effet les témoignages de personnes vivant des deux côtés de la frontières (gardes-frontières, migrants clandestins, militants, samaritains et membres de milice d’auto-défense) avec une exploration quasi-archéologique des lieux. Les voix des personnes interviewées flottent, désincarnées, sur un écran noir ou sur de longs plans des paysages désertiques. D’une beauté fascinante et trompeuse, les images en pellicule du désert rappellent tout à la fois le romantisme du western et les violences hantant les lieux. Découvrant au fil de leurs explorations de nombreuses traces des migrants ayant passé par là, les cinéastes créent un parallèle entre la matérialité fragile de la pellicule, mise en valeur par le grain du super 16, et les artefacts laissés par les humains dans le désert et qui s’y estompent rapidement : le désert consume et recouvre les traces, tout comme la pellicule, empreinte temporaire qui se détériore avec le temps.

Le travail visuel et sonore effectué par les deux auteurs sur le paysage donne naissance à une ambiance à la fois sensorielle et fantastique. Utilisant les éléments naturels de l’environnement (plantes, animaux) et les récits réels des survivants, ils créent une expérience du désert qui balance entre le cauchemar imaginé et le drame vécu. Riche de son expérience comme artiste sonore, Bonnetta a retravaillé et déformé les bruits naturels du Sonora, qu’il combine aux radios des cartels et des agents frontaliers, et même à une référence musicale à Johnny Guitar (western révisionniste par excellence). Les images nocturnes de chauves-souris ou de cactus, éclairés avec des lampes de poche, répondent aux récits surnaturels en voix off : des hommes qui ont survécu à l’enfer, des errances interminables, des violences impossibles à appréhender. Jouant avec le réel pour mieux retransmettre les expériences vécues, utilisant l’imaginaire pour exposer le drame, les cinéastes dépeignent cet environnement mortel avec une acuité troublante. J.P. Sniadecki décrit lui-même cette approche comme une forme « d’ethno-horreur » : s’emparer du fantastique pour mieux coller au réel.

PNG


JPEG

Notes

[1VISIONS est une série de projections mensuelles consacrée au cinéma documentaire expérimental et aux artistes dédié.es à l’image en mouvement. Sous la direction de Benjamin R. Taylor, depuis 2014, à Montréal, VISIONS présente ces oeuvres dans plusieurs lieux et en collaboration avec des festivals locaux tels que la Cinémathèque québécoise, la lumière collective, être, Ex-Centris, RIDM, FNC, POP Montréal et Cinéma moderne. Les artistes sont toujours présent.es aux séances. Nous facilitons le voyage des artistes au Canada en organisant des projections, des ateliers et des tournées. Les films sont présentés dans leur format d’origine. VISIONS participe également à plusieurs festivals internationaux, visite d’expositions et facilite la rencontre entre les créateurs et le public.

Le programme en ligne CRITIQUES est une conséquence des activités de programmation reportées de VISIONS. En partant d’une sélection d’œuvres initialement programmées pour la saison 2020, il s’agit de les mettre en dialogue avec un écrivain local à qui l’on demande de réfléchir, réfracter, retracer et réinterpréter l’œuvre en question. Les textes rassemblés sont tout d’abord publiés dans une édition spéciale de Hors champ. Ensuite, à chaque semaine, une œuvre sélectionnée sera diffusée sur la nouvelle plateforme de projection virtuelle-à-l’épreuve-de-la-pandémie du microcinéma local la lumière collective, jumelée avec le texte.

Chaque itération propose à un écrivain invité de dialoguer avec les images à sa manière, dans le but de renouveler les idées, de proposer des conversations, d’établir de nouveaux discours. À une époque où la diffusion en ligne est abondante et sans fin, CRITIQUES vous propose de quoi lire et réfléchir. Quelque chose que vous pourrez garder avec vous jusqu’à notre prochaine rencontre.

Pour suivre le projet, inscrivez-vous à notre liste de diffusion.

La série CRITIQUES est présentée avec le soutien du Conseil des arts du Canada, le Conseil des arts et lettres du Québec et le Conseil des arts de Montréal.

Recherche

Effectuez une recherche parmi les 800 articles publiés par la revue Hors champ depuis 1998.

A lire également

  • Les expériences d’Alien : Isolation

    Le passager cinéphile

  • Notes sur le réalisme et la guerre

    Dunkirk et le reste

    "Dunkirk peut susciter plusieurs étonnements, notamment en fonction de la position que l’on occupe dans le spectre de la détestation envers le cinéma que Nolan pratique (qui dans mon cas, a toujours atteint des hautes fréquences). Le premier étonnement, et le plus grand, est de me retrouver à écrire, en plein été, un papier à propos d’un type d’œuvre qui d’ordinaire — pour divertissante, admirable, accablante ou sympathique qu’elle soit — suscite assez rarement des désirs d’écriture."

  • Rétrospective Kamal Aljafari

    S’approprier, re-monter, effacer, s’approcher

ISSN 1712-9567
copyright 2020

Zoom Out   OffScreen       Conseil des arts du Canada   Conseil des arts de Montréal