Hors Champ

mai / juin 2019

Pour Angela Ricci Lucchi

La danse des esprits

par Scott Macdonald
janv.-fév / mars-avril 2018 13 avril 2018

PNG - 2.4 Mo

Diario Africano (1994)

Gianikian et Ricci Lucchi. Angela et Yervant.

Une collaboration dans la vie, et une remarquable et prolifique collaboration artistique.

Hélas.

Passer du temps avec Angela et Yervant fut toujours une expérience mémorable.

Quelque chose comme une expérience spirituelle.

D’abord, lorsqu’ils vinrent au Utica College dans l’État de New York à la fin des années 80, pour présenter leurs « films parfumés ». Pendant que le public était rivé à l’écran, Angela et Yervant faisaient « jouer » des senteurs sur des brûleurs Bunsen, du fond de la salle ombragée.

Puis, au Festival de Toronto, où eu lieu la première projection de Du pôle à l’équateur (1987), un chef d’œuvre magique—toujours pas disponible en DVD ni en Blu-Ray.

Et enfin, même si ce ne fut pas la dernière fois, en juin 1992, quand Patricia et moi avons visité Angela et Yervant à Milan, pour l’entrevue qui parut dans A Critical Cinema 3. Nous avons passé plusieurs jours avec eux, et un de ces jours, ils nous amenèrent dans un petit village du Piémont pour voir une ruine (d’un bordel !) qu’ils venaient d’acheter et qu’ils voulaient transformer en studio. Ils nous ont ensuite invité dans une osteria pour souper — avant de nous rendre compte que la salle avait été réservée pour une noce. Le gérant demanda aux personnes qui s’y trouvaient s’ils acceptaient que nous puissions nous joindre à eux — et ils acceptèrent.

Nous avons partagé ce qui demeure encore aujourd’hui un des plus merveilleux repas de ma vie — un de ces banquets italiens avec d’innombrables services avec plein de temps pour danser entre chacun d’eux. La musique était agréable et Patricia et moi nous sommes levés pour danser, avec le soutien chaleureux des mariés (et sans doute à l’étonnement d’Angela et Yervant, qui étaient toujours si calmes et réservés). Au cours de la danse, cette photo a été prise de nous, soit par Angela ou Yervant, je ne me souviens plus.

JPEG

Pour moi, ces figures fantômatiques ont toujours incarné le lien qui unissait notre couple, mais aussi celui du couple exceptionnel qui avaient été nos hôtes et dont les films ont toujours été si singuliers — tout autant que les liens qui liait notre couple au leur.

J’espère que l’esprit merveilleux d’Angela continue de danser, où qu’il soit.


Traduit de l’anglais par André Habib

Recherche

Mots-clés

Mots-clés liés a cet article:

Autres groupes de mots-clés

A lire également

  • Du Prédateur au Singe Fantôme, l’énigme d’une origine

    Tout commence par une image, ce texte comme la vie du cinéphile qui en est l’auteur. Une image des origines si l’on veut, une image de mon origine, mais aussi une image qui nous pointe vers l’origine de toute image, ou plutôt une image dont l’origine nous échappe, ce qui nous incite, en retour, à contempler cette question de l’origine, précisément parce que la réponse n’est pas donnée.

  • Incontinence de l’artiste tout puissant - sur les cendres de Gilles Groulx

    À L’APPROCHE D’UN CINÉMA EN QUÊTE D’EXISTENCE II

    Un fils d’ouvrier qui, très tôt, devient minoritaire de par son origine sociale – origine à laquelle il restera malgré tout fidèle, et jusqu’au bout. Déjà, une rareté, un combat immense et de tous les jours. Minoritaire, il le sera aussi de par son exigence, et à chaque jour davantage. Que se passe-t-il si un tel homme qui sa vie durant se frotte sans broncher à la violence des structures qui cherchent à le brimer dans ses élans, voit ces mêmes structures, chaque jour, gagner en puissance - et que parallèlement à l’endurcissement de ces structures, il voit ses propres exigences sans cesse se raffermir et gagner en hauteur ? Peut-on imaginer le gouffre qui se creuse alors entre la visée et le possible ? Voit-on qu’à tout instant ce gouffre peut surgir et entrainer avec lui des hommes, petits et grands ?

  • Dossier : Cinéma documentaire au Liban

    Entretien avec Chaghig Arzoumanian

    "Ce qui manque au Liban c’est la parole, la circulation de ces histoires qui sont tues, cachées, étouffées. Le Liban est une mine d’or dans ce sens-là. Il y a un film à faire à chaque coin de rue, avec chaque voisin, chaque vendeur ambulant."

ISSN 1712-9567
copyright 2015

OffScreen       Conseil des arts du Canada   iWeb Technologies   Conseil des arts de Montréal