Hors Champ

novembre / décembre 2018

Hommage à Paul Clipson

Collusion of Movement (For Paul)

par Roger Tellier-Craig
janv.-fév / mars-avril 2018 22 mars 2018

Le titre de ce morceau provient d’une phrase tirée d’une entrevue que Paul avait donnée il y a quelques années. Je trouvais qu’elle représentait très bien son travail, ainsi que sa propre démarche :

"Working faster than you can think is important. If you play sports, if you play music, at a certain point you’re just making gesture and action and completing thoughts, but almost without thinking. It becomes this collusion of movement and intent and ideas, all happening very quickly. If you thought about each thing you were doing, you would just stop doing it."

J’ai abordé la composition de ce morceau en m’inspirant de cette approche que Paul avait de travailler rapidement afin de suivre un premier élan et de se laisser porter par cette complicité entre intention, idée et action. Le travail de Paul portait tout ce mouvement en lui, il semblait capter des éclats de beauté que nos yeux auraient normalement ignorés sans son intervention, superposant des instants de réalité disparates nous portant au seuil du rêve. Je n’ai connu Paul que trop brièvement, ayant eu la chance de partager la scène avec lui à quelques reprises. J’aurais aimé avoir l’opportunité de travailler avec lui à nouveau, et ce morceau se veut, en quelque sorte, la trame sonore d’un film impossible de Paul, une sorte d’amalgame vague et diffus provenant d’impressions qui me sont restées de tous les films que j’ai pu voir de lui…

Recherche

Mots-clés

Mots-clés liés a cet article:

Autres groupes de mots-clés

A lire également

  • BERLIN 2018

    LE VOYAGE IMMOBILE

  • Conversation autour de Out 1 de Jacques Rivette

    LÀ OÙ LE BOULANGER RENCONTRE LE SNARK

    Conversation autour de Out 1 de Jacques Rivette, à l’occasion de sa présentation à la CInémathèque québécoise au mois de juin 2016.

  • Notes sur le réalisme et la guerre

    Dunkirk et le reste

    "Dunkirk peut susciter plusieurs étonnements, notamment en fonction de la position que l’on occupe dans le spectre de la détestation envers le cinéma que Nolan pratique (qui dans mon cas, a toujours atteint des hautes fréquences). Le premier étonnement, et le plus grand, est de me retrouver à écrire, en plein été, un papier à propos d’un type d’œuvre qui d’ordinaire — pour divertissante, admirable, accablante ou sympathique qu’elle soit — suscite assez rarement des désirs d’écriture."

Nouvelles et liens

ISSN 1712-9567
copyright 2015

OffScreen       Conseil des arts du Canada   iWeb Technologies   Conseil des arts de Montréal