Hors Champ

juillet/août 2017

Coprésentation HORS CHAMP

THE HEALING WINDS

par la rédaction
21 juillet 2014

Nous sommes fiers de nous associer à nouveau au Festival Présence autochtone de Montréal pour co-présenter un film de la sélection 2014.

Nous avons choisi de soutenir une production indépendante, résolument artisanale et radicalement libre. The Healing Winds est un film étonnant, un mélange de fiction et de réalité orchestré avec les participants d’un village inuit du Nord du Québec et signé par un réalisateur montréalais, Joel Montanez.

- Présenté en première mondiale le dimanche 3 août, 20h30, à la Cinémathèque québécoise (Salle Claude-Jutra), avec sous-titres anglais. * Entrée gratuite pour les membres de la Cinémathèque à toutes les projections du festival.

HORS CHAMP contribue à la diffusion d’oeuvres cinématographiques grâce au soutien du Conseil des arts de Montréal.


PNG

PNG

PNG

THE HEALING WINDS
Joel Montanez
Canada, 2014, v.o. anglais, français, inuktitut / s-t. anglais, 96 min.
Avec : Reepah Arreak, Michael Daley, Tunu Napartuk, Flore Saget.

Michael est le nouveau psychothérapeute débarquant dans le village arctique de Salluit. Toutes ses capacités et son propre équilibre seront mis à l’épreuve par une patiente, Reepah, qui mène une vie désordonnée à la suite de son enfance dans le système des pensionnats. La parole ouvrira-t-elle l’inconscient ? Un objet cinématographique singulier, où la fiction remplit bien son rôle documentaire.

VOIR LA BANDE-ANNONCE

- Précédé du court-métrage expérimental Mixteco Now, d’Edson Caballero Trujillo (Mexique, 2013, sans dialogue, 9 min.).

JPEG


À voir sur LA FABRIQUE CULTURELLE.TV :

Les programmateurs du volet cinéma de Présence autochtone 2014 - André Dudemaine, Mary Ellen Davis et Nicolas Renaud (membre de Hors champ) - parlent de quelques films de la sélection, dont The Healing Winds.

Coups de coeur des programmateurs


24e FESTIVAL PRÉSENCE AUTOCHTONE
30 juillet au 5 août

Films, concerts, arts visuels et médiatiques, gastronomie…
Toute la programmation et un aperçu des films en sons et images : www.presenceautochtone.ca

Nous vous recommandons les films suivants, tous présentés en primeur (premières mondiales, canadiennes ou montréalaises) :

- DRUNKTOWN’S FINEST de Sydney Freeland, États-Unis. Premier long-métrage d’une jeune cinéaste navajo, sélection officielle à Sundance. 1er août 18h30.

- EL IMPENETRABLE de Daniele Incalcaterra et Fausta Quattrini, Argentine / France. Curieux documentaire sur le projet de rendre des terres aux autochtones Guaranis : dérives absurdes et oniriques… 1er août 20h30.

- INTO AMERICA - THE ANCESTOR’S LAND de Nadine Zacharias et Angelo Baca, Allemagne / États-Unis. Voyage d’un jeune Navajo avec sa grand-mère à travers l’Ouest américain, où les traces de leurs ancêtres se mélangent aux symboles de la conquête et aux monuments mormons. 2 août 14h30.

- JOIKEFEBER d’Ellen-Astri Lundby, Norvège. Joyeuse rencontre avec le peuple Sami du Nord de la Norvège. 2 août 16h30.

- Un programme de courts et moyens-métrages tournés dans l’Arctique, dont le dernier film de Zacharias Kunuk (Atanarjuat), coréalisé avec Neil Diamond (Reel Injun) : INUIT CREE RECONCILIATION. 2 août 18h30.

- TUNTEYH OR THE RUMOR OF THE STONES de Marina Rubino, Argentine. Caméra patiente et attentive sur le quotidien des Wichis et les menaces qui pèsent sur la rivière. 2 août 20h30

- CRAZY WATER (Eau de feu) de Dennis Allen, Canada. Le problème de l’alcoolisme chez les autochtones et le dur chemin vers la sobriété, sujet délicat abordé sans détour dans cet excellent documentaire. 3 août 14h30.

- SANANSAATTAJA (Barde de Gesar) de Donagh Coleman et Lharitgso, Finlande. Inspiration chamanique au Tibet… Un film envoûtant. 5 août 18h30.

Les billets pour les projections à la Cinémathèque peuvent être achetés à l’avance sur lavitrine.com ou la journée même à la Cinémathèque. Quelques projections ont aussi lieu au Centre culturel Simon Bolivar, au Legion Hall de Kahnawake, sur le site extérieur de la Place des festivals et à l’auditorium de La Grande Bibliothèque.

Recherche

Mots-clés

Mots-clés liés a cet article:

Autres groupes de mots-clés

A lire également

  • Antonioni

    Quand Monica Vitti s’échappe du gros plan

  • Dossier FIFM 1960-1967

    LES DESSOUS DE LA CENSURE

  • LE CINÉMA DES ÉCRIVAINS DES ANNÉES 20

    En France, durant les années 20, la défense du cinéma comme art est un véritable combat qu’il importe de mener. Le cycle de films « Le cinéma des écrivains des années 20 » présentés à la Cinémathèque québécoise du 8 avril au 10 juin prochain, propose de rappeler au spectateur d’aujourd’hui ces films muets d’hier, souvent responsables d’une conversion au cinéma et constitutifs des balbutiements d’une cinéphilie peu connue.

Nouvelles et liens

ISSN 1712-9567
copyright 2015

OffScreen       Conseil des arts du Canada   iWeb Technologies   Conseil des arts de Montréal