Hors Champ

mars/avril 2017

HOMMAGE À MICHEL BRAULT ET ARTHUR LAMOTHE


26 septembre 2013

Deux grands cinéastes se sont éteints en septembre, Arthur Lamothe (1928-2013) et Michel Brault (1928-2013). Leurs oeuvres ont eu chacune une profonde influence sur le cinéma québécois. Ils ont illuminé les mondes et les gens qu’ils découvraient, des réalités cachées, belles ou révoltantes, à travers des images impérissables qui continueront de s’imprimer dans la mémoire de ceux qui voient leurs films. Nous vous invitons à lire, dans nos archives et ailleurs, quelques textes qui leur furent consacrés, ainsi qu’à revoir leurs films dont quelques uns sont disponibles en ligne.

À lire sur Hors champ :

Entretien avec Michel Brault, Aurélie Le Caignec et Douglas Resende, septembre 2011.

Arthur Lamothe et les Innus : Le documentaire dans le cercle magique, Nicolas Renaud, août 2007.

Aussi :

Le dossier consacré à Arthur Lamothe dans le no 132 de la revue 24 images, juin-juillet 2007.

La Collection Arthur Lamothe de la BANQ, pour découvrir 81 documentaires sur la culture amérindienne.

À visionner sur le site de l’Office national du film :

Michel Brault.
Découvrez également sur le site de l’ONF quelques uns des nombreux films auxquels il a contribué comme directeur de la photographie.

Arthur Lamothe


Photographie de l’en-tête : Michel Brault et Arthur Lamothe, en 1963 (remerciement à Richard Brouillette et Denys Desjardins qui nous l’ont partagée).

Recherche

Mots-clés

Mots-clés liés a cet article:

Autres groupes de mots-clés

A lire également

  • Festival Présence autochtone 2013

    Nosilatiaj

    Le racisme en Amérique latine est toujours bien vivant et Nosilatiaj (La Beauté), film de l’Argentine Daniela Seggiaro, explore le sujet avec une lucide délicatesse. À l’instar de la banalité du mal que Hanna Arendt nous a fait découvrir, le film explore le « racisme bienfaisant ». En toile de fond : les petites luttes pour le pouvoir qui se déguisent en gestes d’amour au sein d’une famille.

  • Jean-François Lesage

    Un amour d’été

  • La direction d’acteur vue par J-P Lefebvre

    MA FAMILLE COMÉDIENS

    Pourquoi n’ai-je pas davantage écrit à leur sujet ? Par pudeur, peut-être. Parce que j’ai avec eux des relations intimes, presque familiales, et que mes « techniques » de direction de comédiens reposent essentiellement sur des échanges humains, la plupart du temps autour d’un bon repas ; et parce que je les laisse responsables d’être à la fois ce qu’ils sont et les personnages qu’ils créent. J’ai ainsi le sentiment d’être à leur égard un spectateur admiratif plutôt qu’un meneur de jeu. En quelque sorte, je me laisse diriger par les comédiens plus que je les dirige.

Nouvelles et liens

ISSN 1712-9567
copyright 2015

OffScreen       Conseil des arts du Canada   iWeb Technologies   Conseil des arts de Montréal