Hors Champ

septembre/octobre 2017

HOMMAGE À MICHEL BRAULT ET ARTHUR LAMOTHE


26 septembre 2013

Deux grands cinéastes se sont éteints en septembre, Arthur Lamothe (1928-2013) et Michel Brault (1928-2013). Leurs oeuvres ont eu chacune une profonde influence sur le cinéma québécois. Ils ont illuminé les mondes et les gens qu’ils découvraient, des réalités cachées, belles ou révoltantes, à travers des images impérissables qui continueront de s’imprimer dans la mémoire de ceux qui voient leurs films. Nous vous invitons à lire, dans nos archives et ailleurs, quelques textes qui leur furent consacrés, ainsi qu’à revoir leurs films dont quelques uns sont disponibles en ligne.

À lire sur Hors champ :

Entretien avec Michel Brault, Aurélie Le Caignec et Douglas Resende, septembre 2011.

Arthur Lamothe et les Innus : Le documentaire dans le cercle magique, Nicolas Renaud, août 2007.

Aussi :

Le dossier consacré à Arthur Lamothe dans le no 132 de la revue 24 images, juin-juillet 2007.

La Collection Arthur Lamothe de la BANQ, pour découvrir 81 documentaires sur la culture amérindienne.

À visionner sur le site de l’Office national du film :

Michel Brault.
Découvrez également sur le site de l’ONF quelques uns des nombreux films auxquels il a contribué comme directeur de la photographie.

Arthur Lamothe


Photographie de l’en-tête : Michel Brault et Arthur Lamothe, en 1963 (remerciement à Richard Brouillette et Denys Desjardins qui nous l’ont partagée).

Recherche

Mots-clés

Mots-clés liés a cet article:

Autres groupes de mots-clés

A lire également

  • Quelques notes sur la pratique de la restauration numérique du film

    Dry Humping Against the Grain

    La confusion qui règne autour de la restauration des films est de nos jours d’autant plus grande qu’elle est accablée par deux dogmes idéologiques. Le premier s’affiche déjà comme une évidence : aujourd’hui, la « restauration des films » consiste principalement – sinon exclusivement – en un processus de numérisation de la pellicule cinématographique. Le deuxième, beaucoup plus délicat, se cache sous la surface polie du numérique : c’est une entreprise qui s’opère hors de tout examen minutieux et qui ignore subtilement tout les discours technologiques, éthiques et philologiques ; une affaire qui s’effectue au-delà de tout besoin réel de refléter l’histoire (du cinéma) ; un processus profondément, purement et irréversiblement repoussé dans les catégories de l’économie de marché.

  • Le(s) mot(s) le(s) plus difficile(s) à traduire dans Sans Soleil

    Au moins on verra le noir

  • Dossier Gitai

    PROPOS AU SUJET DE BERLIN-JÉRUSALEM

    Entretien avec Régine Robin (historienne et écrivaine) autour de Berlin-Jérusalem (Amos Gitai, 1989).

Nouvelles et liens

ISSN 1712-9567
copyright 2015

OffScreen       Conseil des arts du Canada   iWeb Technologies   Conseil des arts de Montréal