Hors Champ

janvier/février 2017

HOMMAGE À MICHEL BRAULT ET ARTHUR LAMOTHE


26 septembre 2013

Deux grands cinéastes se sont éteints en septembre, Arthur Lamothe (1928-2013) et Michel Brault (1928-2013). Leurs oeuvres ont eu chacune une profonde influence sur le cinéma québécois. Ils ont illuminé les mondes et les gens qu’ils découvraient, des réalités cachées, belles ou révoltantes, à travers des images impérissables qui continueront de s’imprimer dans la mémoire de ceux qui voient leurs films. Nous vous invitons à lire, dans nos archives et ailleurs, quelques textes qui leur furent consacrés, ainsi qu’à revoir leurs films dont quelques uns sont disponibles en ligne.

À lire sur Hors champ :

Entretien avec Michel Brault, Aurélie Le Caignec et Douglas Resende, septembre 2011.

Arthur Lamothe et les Innus : Le documentaire dans le cercle magique, Nicolas Renaud, août 2007.

Aussi :

Le dossier consacré à Arthur Lamothe dans le no 132 de la revue 24 images, juin-juillet 2007.

La Collection Arthur Lamothe de la BANQ, pour découvrir 81 documentaires sur la culture amérindienne.

À visionner sur le site de l’Office national du film :

Michel Brault.
Découvrez également sur le site de l’ONF quelques uns des nombreux films auxquels il a contribué comme directeur de la photographie.

Arthur Lamothe


Photographie de l’en-tête : Michel Brault et Arthur Lamothe, en 1963 (remerciement à Richard Brouillette et Denys Desjardins qui nous l’ont partagée).

Recherche

Mots-clés

Mots-clés liés a cet article:

Autres groupes de mots-clés

A lire également

  • Symposium créer/montrer/conserver

    FICTIONS CONTRE-FICTIONS

    En réfléchissant à cette présentation, mes pensées se sont davantage dirigées vers le « cinéma photographique », celui de la représentation et de la reproduction, que sur le « cinéma abstrait ». À partir de ce ressassement d’idées, j’ai donc choisi de tirer une liste de fictions et de contre-fictions qui entourent ce type de pratiques en particulier, et qui donc certainement ignorent d’autres approches du cinéma.

  • Antonioni

    Quand Monica Vitti s’échappe du gros plan

  • Contagion

    L’ESTHÉTIQUE DU DÉTOURNEMENT ET DE L’APESANTEUR

    On le sait, il y a trop d’images. Mais l’on s’entend généralement assez mal lorsque vient le moment — plutôt rare |— de se risquer à une définition de ce que seraient ces images en trop, par exemple en cherchant à déterminer si elles participent ou non à ce spectacle généralisé qu’annonçait Guy Debord il y a déjà plus de quarante ans....

Nouvelles et liens

ISSN 1712-9567
copyright 2015

OffScreen       Conseil des arts du Canada   iWeb Technologies   Conseil des arts de Montréal