Hors Champ

janvier / février 2019

Sélection de documentaires de l’ONF, 1953-1992

IDENTITÉS ET TERRITOIRES

par Nicolas Renaud
2 avril 2009

Dans le cadre de l’initiative de l’Office national du film du Canada d’offrir à des conservateurs invités des pages de son site de diffusion en ligne, ce fut pour moi un immense plaisir de parcourir la collection documentaire et de regrouper des films sous le thème Identités et territoires. Le texte d’introduction de la sélection est ici reproduit avec la permission de l’ONF. Sur le site, un commentaire accompagne également chacun des films. La sélection sera éventuellement disponible en anglais, avec les films de langue anglaise dans leur version originale.

Pour une présentation générale de ce projet de diffusion de l’ONF et d’autres suggestions de films, voir aussi l’article Découvertes cinématographiques sur internet.


Identités et territoires

Les vastes espaces naturels font évidemment partie des images emblématiques du Canada et occupent une place importante dans la collection de l’Office national du film. Mais au-delà des panoramas spectaculaires, des cinéastes se sont intéressés au rapport des hommes avec la nature, à travers leur mode de vie, leurs connaissances, leur langage et leur imaginaire. Les films documentaires de cette sélection nous révèlent que des identités culturelles se sont construites par un lien étroit avec le territoire, que ce soit avec la forêt, la mer, le climat glacial de l’Arctique ou les rivières à saumon.

Bien que réunis sous ce thème, les films ont ultimement été choisis pour leur intérêt cinématographique. Ils sont des exemples éloquents de la production documentaire de l’ONF, particulièrement des années 1950 à la fin des années 1970 et tant au Québec qu’au Canada anglais. Cette sélection rassemble quelques-uns des meilleurs cinéastes ayant travaillé au sein de l’institution, et ce dans une variété de styles et de « genres » documentaires, qu’il s’agisse de cinéma-direct, de films ethnographiques, politiques ou même didactiques. De plus, cette sélection vise à rendre accessibles certaines œuvres peu connues, parfois quasiment oubliées et constituant pourtant des joyaux du patrimoine cinématographique canadien.

En s’attachant à des modes de vie ainsi liés au territoire et à ses ressources naturelles, ces films témoignent de spécificités culturelles qui tendent à s’effacer devant la modernisation, la croissance inexorable du développement et le recul du territoire sauvage. Plusieurs des personnages sont en quelque sorte des « espèces en voie de disparition » : prospecteur d’or solitaire dans une contrée vierge, Amérindiens se déplaçant à l’intérieur des terres, constructeurs de goélettes et de canots d’écorce… Au cœur des rapides changements économiques et technologiques du 20e siècle, le rapport à la nature que nous observons dans ces films est souvent la trace d’un ancrage fragile avec le passé, dans un point tournant entre l’ancien monde et le nouveau.


Les films :

JPEG Au pays des jours sans fin (Titre original : Land of the Long Day), Douglas Wilkinson, 1953, 38 min.
JPEG Télesphore Légaré, garde-pêche, Claude Fournier, 1959, 29 min.
JPEG La Nahanni (Titre original : Nahanni), Donald Wilder, 1962, 18 min.
JPEG Bûcherons de la Manouane, Arthur Lamothe, 1962, 28 min.
JPEG Les Voitures d’eau, Pierre Perrault, 1968, 110 min.
JPEG César et son canot d’écorce, Bernard Gosselin, 1971, 58 min.
JPEG L’aviron qui nous mène (Titre original : Path of the Paddle)
Bill Mason, 1977, série 4 x 28 min.

L’aviron qui nous mène - Solo élémentaire

L’aviron qui nous mène - Double élémentaire

L’aviron qui nous mène - Solo en eaux vives

L’aviron qui nous mène - Double en eaux vives

JPEG La Bête lumineuse, Pierre Perrault, 1982, 127 min.
JPEG La Conquête de l’Amérique I, Arthur Lamothe, 1992, 76 min.
JPEG La Conquête de l’Amérique II, Arthur Lamothe, 1990, 70 min.

Accédez directement ici à la page de cette sélection sur le site ONF.


Image de l’en-tête : La conquête de l’Amérique I

Images : gracieuseté de l’Office national du film du Canada. © ONF.

Recherche

A lire également

  • Quelques notes sur la pratique de la restauration numérique du film

    Dry Humping Against the Grain

    La confusion qui règne autour de la restauration des films est de nos jours d’autant plus grande qu’elle est accablée par deux dogmes idéologiques. Le premier s’affiche déjà comme une évidence : aujourd’hui, la « restauration des films » consiste principalement – sinon exclusivement – en un processus de numérisation de la pellicule cinématographique. Le deuxième, beaucoup plus délicat, se cache sous la surface polie du numérique : c’est une entreprise qui s’opère hors de tout examen minutieux et qui ignore subtilement tout les discours technologiques, éthiques et philologiques ; une affaire qui s’effectue au-delà de tout besoin réel de refléter l’histoire (du cinéma) ; un processus profondément, purement et irréversiblement repoussé dans les catégories de l’économie de marché.

  • La théorie du tout de Céline Baril

    PENSER LE TERRITOIRE

    L’intérêt de La théorie du tout tient à la fois de l’intelligence du discours et de sa mise en forme cinématographique. Car jamais ici la rigueur esthétique ne s’écrase devant le sérieux du propos. Pas plus qu’elle ne cède à une soi-disant efficacité du spectaculaire afin de convaincre.

  • Chronique du détail (1)

    SUR THE VIRGIN SUICIDES

    Première d’une série de "chroniques" qui s’attardent à un détail dans un film vu ou revu. Ici, The Virgin Suicides de Sofia Coppola, et le bruit du plastique.

Nouvelles et liens

ISSN 1712-9567
copyright 2015

OffScreen       Conseil des arts du Canada   iWeb Technologies   Conseil des arts de Montréal